[FESTIVOIX] Compte rendu d’Alicia – 30 juin

Crédit photo: Alicia Lemieux

Seba et Horg – Voix Libres – Scène Rythme FM – 18 h

Arrivée sur le site enchanteur du Manoir Boucher-De Niverville où se situe la scène des Voix Libres, je m’attendais à voir un public plus populeux connaissant l’ascension fulgurante sur les radios commerciales de Seba et Horg avec leur récent succès Vintage à l’os.

Crédit photo: Alicia Lemieux
Seba et Horg – Photo: Alicia Lemieux

Malgré tout, l’assistance présente semblait passer un bon moment en découvrant l’univers éclaté du duo. D’abord un peu réticente quant à la proposition scénique, je me suis finalement laissé porter par le rythme entraînant du hip-hop old school de la formation. Les artistes sont tous deux sortis du milieu musical hip-hop au Québec, l’un de la formation Gatineau et l’autre le complice du rappeur Samian. Grosso-Modo, le 1er opus de ce nouveau duo, est le résultat de leur expérience conjuguée au plaisir de jouer et leur écoute du public. Les textes sont légers de sens et les rythmes accrocheurs, ce qui offre un rap accessible et rassembleur. En ce qui me concerne, c’est la pièce Tamdilidididam qui a été mon coup de cœur du spectacle. L’agencement du hip-hop aux airs de rigodon m’a bien plu.

Perséide – Voix Underground – Scène Marmen (Zénob) – 23 h

Bien qu’à 23 h j’attendais patiemment l’arrivée du band trifluvien Perséide, ce ne fut qu’autour de 23 h 30 que nous avons pu entendre les premières notes. Accompagnés d’une longue introduction musicale fixe, les cinq membres de la formation sont apparus les uns après les autres portant chacun un magnifique masque. Ils ont également pris le temps d’ouvrir deux lampes à la lumière jaune afin de créer une ambiance qui leur est bien propre.

Ayant eu écho à plusieurs reprises de ce groupe originaire de Trois-Rivières, je n’avais jusqu’à ce jour jamais eu l’occasion de les voir en spectacle. Comme le FestiVoix est un contexte relativement singulier, j’étais bien heureuse de pouvoir voir le groupe à l’œuvre dans un Zénob plein à craquer. Le rock progressif psychédélique que nous propose Perséide est bien au point.

Crédit photo: Alicia Lemieux
Perséide – Photo: Alicia Lemieux

La précision sonore de Rites païens, le premier album du groupe dévoilé au printemps 2018, est impressionnante. Les modulations et les montées sont toujours suffisantes sans être exagérées. Outre la dernière chanson du spectacle d’une durée approximative de dix minutes, les séquences sont d’une durée raisonnable et nous permettent d’en apprécier chaque instant. Il s’agit d’une formation à suivre de près, dont l’avenir dans le milieu musical semble prometteur.

La thématique du jaune fut représenté non seulement dans plusieurs aspects du spectacle, mais également dans un cocktail servi au bar du Zénob au nom de Sam Gam-Jaune. Les amateurs  du Seigneur des anneaux pourrons en voir la référence.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :