[FESTIVOIX] Compte rendu de David – 28 juin 2018

Crédit Photo : Jean-François Desputeaux

The Rusty Cats – Voix Libres – Scène Rythme FM – 18h00

Le Parc Niverville est un endroit très agréable à fréquenter dans le cadre du Festivoix, en raison de sa beauté patrimoniale et champêtre, de sa convivialité (on peut y entrer et sortir sans déranger personne et les enfants sont les bienvenus) et de l’esprit léger et joyeux qui s’y trouve. Le groupe trifluvien The Rusty Cats était donc tout désigné pour être sur cette scène. Rendant hommage aux pionniers et pionnières du rock’n roll, du country et de Motown, la formation n’a pas manqué d’enthousiasme, de candeur et de professionnalisme devant une foule qui s’est chiffrée jusqu’à une centaine de personnes. Parmi mes coups de coeur, il y a la reprise plutôt rock’n roll de You Can’t Hurry Love, interprétée à l’origine par le trio féminin The Supremes et cette fois-ci reprise avec fougue par Jimmy Malenfant (chanteur et guitariste). Mentionnons également Fujiyama Mama de Wanda Jackson, dont Annie Provencher, chanteuse, a offert une interprétation à la fois assurée et sémillante. L’ambiance festive et rétro était agrémentée par la troupe Très Swing, venue danser pour l’occasion.

Crédit Photo : Jean-François Desputeaux
The Rusty Cats Photo : Jean-François Desputeaux

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :