Saint-Élie-de-Caxton est sous le charme ! – David Portelance – Rond Coin – 25 mai 2018

Crédit photo: Alicia Lemieux

Le 25 mai dernier marquait le début de la tournée de David Portelance pour son album Un abri contre le vent sorti à l’hiver 2018. Saviez-vous que c’est lui qui est derrière le texte de la chanson Tenir debout, popularisée par Fred Pellerin ? David est un joyau caché de notre culture musicale québécoise et je suis allée à la rencontre de son univers dans la magnifique petite salle du Rond Coin de Saint-Élie-de-Caxton.

« Vous allez être témoins d’une expérience », nous a lancé David avant de commencer, l’air un peu nerveux d’oublier ses paroles ou ses notes.

Il était accompagné des musiciens Pascal « Per » Veillette (aussi membre du groupe Lavabo qui fera son spectacle de lancement d’album le 31 mai au Trou du diable) à l’harmonica et Daniel Lacoste à la guitare.

Dans ce lieu ayant les apparences d’une yourte, l’artiste a ouvert la soirée avec la première chanson de son album, soit Piège à ours. Déjà, ça chantait doucement dans la salle. En présentant la pièce Tu peux marcher, David mentionne que : « cet album-là a pris beaucoup de temps à se faire et a d’ailleurs été conçu dans un chalet dans votre coin, à Saint-Étienne-des-Grès ».

Il a poursuivi avec La roue tourne ; tirée de son premier opus Tenir la route. C’était un moment plutôt doux et touchant. Je vous dirais que ce genre de moment est arrivé plus d’une fois pendant la soirée. Sa poésie moderne et sa voix qui laisse transparaître ses sentiments font qu’on se laisse facilement toucher par sa musique.

David Portelance a fait référence à la chanson Ne me quitte pas de Jacques Brel, qui affirmait que c’était une chanson d’amour lâche. Il l’a comparée, dans son principe, à sa pièce Que tu reviennes.  David a raconté aussi comment l’amitié a été importante dans des moments creux de sa vie et la chanson Toi et moi (L’Amitié) est un peu une ode à l’amitié, avec un grand A. La pièce Irène a été l’un de mes moments favoris de la soirée. La musicalité nous oblige à balancer notre corps en donnant un petit coup d’orteil à chaque deux temps. Il aurait quasiment pu finir avec cette chanson, tout le monde chantait comme une chorale ; c’était magique. La guitare électrique a embarqué sur la dernière pièce avant l’entracte, Un abri contre le vent, chanson-titre du dernier album.

Mine de rien, il nous a gâtés et fait chanter sur beaucoup de pièces de son premier album avec On travaille dur, Caillou sur la route, Le coureur et Le futur est à l’ouest ; en plus d’interpréter pratiquement tout son dernier album. J’ai découvert la pièce Nos larmes et j’avais les yeux rivés sur la slide guitare, jouée à la perfection par Daniel. J’avais littéralement les larmes aux yeux.

En rappel, on a eu droit à l’histoire derrière Tenir debout. C’est qu’en 2003, il a participé à un spectacle dans le cadre du Festival international de la chanson de Granby et il a rencontré Fred Pellerin. Il lui a remis son démo sur lequel se trouvait Tenir debout. Quelques années plus tard, Fred lui a demandé s’il pouvait reprendre une de ses chansons pour son album et il a bien sûr accepté, sans toutefois se douter que cela allait changer sa vie ! Il a terminé son spectacle avec Ton nom, tirée du dernier album, qui boucle le spectacle tout en douceur, comme il a commencé.

Voici les photos d’Alicia Lemieux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :