Le spectacle solo le plus dansant ! – Dumas – La Taverne – 11 mai 2018

Crédit photo : Marianne Chartier-Boulanger

Quand on assiste à un spectacle de Dumas, on comprend automatiquement pourquoi il fait partie de la scène musicale québécoise depuis presque 20 ans. Avec un nouvel album depuis février dernier, il est maintenant en tournée solo pour nous présenter son nouveau projet : Nos idéaux.

Séquencé en trois parties, le spectacle a été surprenant du début à la fin. Bien que le style de Dumas soit très mélancolique, en spectacle c’est carrément autre chose. Nous sommes sortis de La Taverne de Saint-Casimir remplis de l’expérience vécue ce soir-là et, si ce n’était pas déjà le cas, avec un amour incontestable pour Dumas. Il nous a transportés dans différents univers musicaux avec une interprétation se promenant entre le modéré et l’exagéré.

Il a commencé en subtilité avec beaucoup d’ambiant électronique et une simple touche de guitare acoustique. Avec du recul, on comprend qu’il ne faisait que mettre sa démarche artistique en contexte. La tranquillité des premières pièces nous permettait alors de nous habituer aux effets en boucle et à l’accord électro et guitare acoustique. C’est ainsi qu’il nous a interprété À l’est d’Éden et Arizona, entre autres.

À un certain moment, il a abandonné ses pédales et s’est installé à l’avant de la scène pour créer une proximité avec le public pour interpréter son nouveau succès Nos idéaux de manière acoustique. Étonnamment, cette pièce est très dansante, mais les spectateurs ont semblé apprécier cette version plus humaine. Et c’est de cette façon que le reste de la deuxième partie du spectacle s’est déroulée…

Après avoir terminé la première partie avec J’erre, une pièce bien connue de son album de 2003, il est revenu de l’entracte spontanément en se faisant une place dans la petite foule de La Taverne. Une guitare illuminée à la main et une radio de plastique figée dans les années 80, il monte sur une chaise pour nous jouer Au gré des saisons, Miss Ecstasy et Alors, alors, des chansons tirées de ses trois premiers albums. Nous avions vraiment l’impression de vivre un moment d’exclusivité avec Dumas, près de nous avec seulement sa guitare acoustique et une trame sonore enregistrée sur cassette. Entouré d’un public qui chantait ses paroles, c’était comme si on était dans un party intime et qu’on chantait autour d’un feu de camp.

Il est descendu de sa chaise pour nous présenter le seul acolyte de son spectacle solo, François Lévesque, qui travaille à l’éclairage. « Je lui ai donné le défi de m’aider à faire danser les gens à mon spectacle solo », a-t-il déclaré.

Pour ce faire, ils nous ont tous les deux concocté un mixtape qui incluait des pièces marquantes des années 80-90 telles que Pied de poule de Dolbie Stereo et Smell Like Teen Spirit de Nirvana mélangées à son propre contenu, comme Vertigo et Radar (pièce collaborative avec Hoodie at Night). Ces deux pièces très électro-pop ont totalement renouvelé l’ambiance, puisque La Taverne s’est littéralement transformée en dancefloor.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :