Samuele nous raconte – Samuele – Moulin Michel de Gentilly – 20 avril 2018

Afin de nous faire découvrir de nouveaux artistes talentueux, Diffusions Plein Sud a ajouté du piquant à sa programmation en nous proposant un spectacle 100 % garanti. Vendredi soir, nous sommes allés à la rencontre de Samuele au Moulin Michel de Gentilly. Dans une ambiance chaleureuse, nous avons assisté à un spectacle très intime.

Avant la prestation, près du feu de foyer avec un verre à la main, nous étions littéralement plongés dans l’atmosphère enveloppante régnant au Moulin. À ce moment-là, l’oreille attentive, certains spectateurs ont avoué qu’ils venaient découvrir l’auteure-compositrice-interprète.

Son deuxième album, Les filles sages vont au paradis et les autres vont où elles veulent, est paru en avril dernier. Entre temps, elle a parcouru le Québec, mais aussi l’Europe où elle a passé la majeure partie du mois de mars avec son band. C’est donc la première représentation qu’elle donne depuis son retour.

Accompagnée d’Alexandre Pépin à la contrebasse, Samuele nous a offert un spectacle dans une formule duo très posée. Ils ont commencé tout en douceur avec la pièce Cours toujours. Bien que peu nombreux, les gens de l’auditoire étaient attentifs et se laissaient accueillir par la proposition musicale et poétique de l’artiste. Tout de suite, on s’est laissé charmer par la sensibilité de sa voix et ses textes sentis. Les mots choisis font que l’on perçoit le désir et l’amour, des thèmes qu’elle explore souvent dans ses chansons.

Côté musical, il y avait à quelques moments de la distorsion dans sa guitare acoustique, notamment durant Tous les blues : une pièce aux influences plus blues rock. « On a laissé le band à la maison, mais on a amené la distorsion », nous a-t-elle lancé à la fin de la chanson.

Rapidement, elle a créé un lien avec nous, nous parlant beaucoup, comme si elle se confiait à nous. Elle nous abordait des sujets importants comme le consentement, le suicide chez les personnes trans et l’égalité des femmes sans nécessairement faire la morale. Elle cherchait plutôt à nous toucher, à nous raconter son histoire, son vécu. Elle nous parlait de ses états d’âme par rapport à diverses situations et évènements dans sa vie, comme le suicide d’un ami. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle nous a offert une version acoustique de La couleur de l’orage, pièce qu’elle a écrite pour lui.

Elle nous a fait rire avec des moments humoristiques et bien sûr, elle nous a touchés avec deux reprises musicales. Elle a d’abord interprété Résiste de France Gall, qu’elle a su très bien s’approprier. À un point tel, que nous avons reconnu la chanson seulement une fois le refrain arrivé. Finalement, en rappel, Samuele et Alexandre sont revenus sur scène avec une traduction d’un succès international de R&B Just the two of us de Grover Washington, Jr. et Bill Withers.

Voici les photos de la soirée de notre photographe Joé Lacerte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :