Nouvel album pour Des Sourcils – « Baignades »

Baignades. Un titre d’album qui fait penser à un été de plus en plus lointain à nos yeux. Baignades. Une musique qui réchauffe sans sentir le réchauffé, qui s’écoute très bien peu importe les situations : travaux domiciliaires, vacances, coqueteil (bonjour l’Office québécois de la langue française), etc.

Le jazz manouche est un style qui peut parfois tomber dans la répétition si l’âme créatrice n’y est pas. Heureusement, Des Sourcils est loin de présenter douze variations d’une même pièce. Sans réinventer le genre (mais est-ce possible de le faire avec ce style de jazz ?), les guitaristes Mathias Berry et Antoine Angers ainsi que le contrebassiste Alexis Taillon-Pellerin offrent un premier album  (si on exclut le mini-album éponyme sorti en 2014) abouti et diversifié, sans toutefois tomber dans un éparpillement causé par une volonté de plaire à tout le monde, mais qui finit par déplaire horriblement.

Plusieurs pièces intègrent divers styles, évitant ainsi un sentiment de monotonie. Si Radiology et Bohémienne, par exemple, restent fidèles au jazz manouche plus traditionnel, Serpents et échelles et Jardin calme nous envoient au Brésil des années 1970 avec leur air de bossa nova (et dire qu’habituellement, ce style me laisse de glace…) ; le bandonéon de Denis Plante, collaborateur, insuffle l’esprit du tango dans Siberia ; Minuit à Québec est une espèce d’hybride acoustique combinant flamenco, gros rock à la System of a Down et disco allemand.

Tout comme Christine Tassan et les Imposteures, mais dans un style peut-être plus cérébral, Des Sourcils apporte sa propre touche. Baignades est donc un album qui ne déterre pas outrageusement Django Reinhardt pour mieux voler ses vêtements…

Des Sourcils sera à l’Église St.-James de Trois-Rivières le 27 avril prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :