Le charme et l’authenticité – Matt Holubowski + (Jason Bajada) – Amphithéâtre Cogeco, 31 mars 2018

Au cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco, j’ai eu la chance de couvrir mon premier spectacle pour notre nouveau/beau projet mauricien Le Synthétiseur, continuité logique de mon passage d’un peu plus de deux ans au sein de l’équipe du blogue de la capitale québécoise, Écoutedonc.ca.

Autre raison d’être heureuse: je casse la glace avec Jason Bajada et Matt Holubowski, deux artistes que je me réjouis de redécouvrir à chaque spectacle.

Jason Bajada

En première partie, c’est comme un poisson dans l’eau que le mystérieux Jason Bajada a pris d’assaut la foule assez nombreuse de l’amphithéâtre. Depuis la sortie de Loveshit II (Blondie & the Blackstabberz), album double de 20 pièces, il y a un bel engouement pour cet excellent second volet du premier Loveshit, paru en 2009.

Lors de cette brève première partie, le public a eu la chance de découvrir l’étendu du talent de Jason, autant avec ses pièces francophones qu’anglophones. Ce que j’aime de l’artiste, en plus de son excellente musique, c’est son humour pince-sans-rire et les petites touches de mise en scène amusantes qu’il ajoute en spectacle. Par exemple, lors de la chanson Little Yellow Heart, (chanson qui me rappelle un peu les groupes des années 80 comme The Smiths), il s’est arrêté tout de suite après avoir chanté « maybe all you need is confettis » pour lancer des confettis. Puis, il a continué la chanson comme si rien ne s’était passé.

Une première partie très courte, moi qui aime la profondeur musicale de Jason Bajada. Il ne me déçoit jamais, autant sur album qu’en spectacle.

Matt Holubowski

On a l’impression qu’il est gêné au moment d’attraper sa guitare pour commencer sa première pièce en solo sur scène. Toutefois, le charme opère inopinément. Puis, ses musiciens apparaissent, Holubowski commence la pièce Exhale/Inhale et le feu prend sur scène. Difficile de ne pas être envoûtés par la voix du chanteur.

J’aime (ré)entendre les anecdotes entourant ses chansons, j’aime la manière dont il ferme ses yeux lorsqu’il chante avec intensité, j’aime les nuances de sa voix, surtout lorsqu’il chante en français. Bien qu’on dénote la facilité qu’il a de composer en anglais, ses textes en français sont d’une justesse déroutante.

En spectacle, ce que j’apprécie de l’artiste, c’est le souci d’offrir une exclusivité aux spectateurs en revisitant ses pièces. Avec la présence de plusieurs musiciens, soit deux contrebassistes, un batteur, un guitariste et un bassiste, on a toujours droit à des moments musicaux magnifiques. Les harmonies vocales et musicales sont totalement charmantes et transportent le public dans l’univers de Matt. Cela nous fait regretter la fin de sa tournée et son départ pour l’Europe pour plusieurs mois. Par contre, on sait que ses expériences de voyage sauront l’inspirer à nouveau et qu’il nous offrira, d’ici quelques années, un nouvel album aussi intéressant que Solitudes.

__________________________________________________

Jason Bajada sera en spectacle le 5 mai au Moulin Michel de Bécancour. Vous pouvez (et devez) également aller écouter son balado Bajada Dialogues, disponible aussi sur Itunes.

Matt Holubowski offrira son dernier concert au Québec le 6 avril à Terrebonne avant de quitter le Québec pour l’Europe pour quelques mois et ensuite se consacrer à l’écriture d’un prochain album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :