[SPECTACLE] Charles Garant, Café-bar le Zénob, 1 avril 2017

C’est au Zénob, à Trois-Rivières, qu’a eu lieu la prestation de Charles Garant, jeune chanteur de 19 ans, en provenance de Québec. Ce 1er avril, le chanteur a réalisé sa première prestation de son second album : The Blurs, sorti en décembre 2016. Il en a aussi profité pour survoler son premier album, sorti en février 2016 : An Archaic Melancholy.

Avec de bonnes transitions aux airs de rock progressif qui lui confèrent de l’originalité, Charles Garant partage sa musique, un rock alternatif, accessible, ponctuée de touches de grunge et de punk. Quoiqu’un peu en retard, Charles Garant et le bassiste s’installent rapidement, le batteur étant déjà près. Dans l’ambiance conviviale et intime du Zénob (lumière tamisée et tapis au sol obligent), les musiciens et le chanteur font leur entrée en scène avec énergie.

Après deux chansons, le chanteur passe aux présentations : ses musiciens, ses deux albums et lui-même. Il enchaîne avec des chansons des deux albums confondus et occupe pleinement l’espace. Il tourne, saute, se déplace, sort même de la scène. Son dynamisme se fait sentir. Le bar est bien rempli, pourtant, malgré l’énergie présente, la plupart des spectateurs sont assis.

La partie acoustique a permis une transition vers le milieu de la soirée, entre deux parties jouées à la guitare électrique. Des sonorités douces, ponctuées de passages plus dynamiques qui tiennent en éveil. Une partie intéressante qui a permis à Charles Garant de montrer de la diversité dans son registre, même si des difficultés d’accordage ont momentanément coupé le chanteur dans son élan.

Après une courte chanson de son dernier album, Calm after the Storm, Charles Garant termine avec un rappel. Il joue avec émotion une chanson qui l’inspire, Say Yes d’Elliot Smith.

La répartition des chansons était équilibrée, tout au long de la soirée. On ne voit pas le temps passer. Celles du premier album comme du second se sont mélangées avec fluidité.

Petit bémol de la soirée : le chanteur s’écartait rapidement du micro lorsqu’il parlait, de sorte qu’on ne comprenait pas toujours ce qu’il disait, principalement les titres joués. Quelques explications, des détails sur les chansons et le concept du nouvel album auraient été appréciés. Le contexte convivial s’y prêtait bien et cela aurait permis de mieux comprendre l’ensemble. Une petite touche francophone aurait aussi été la bienvenue afin de diversifier le spectacle d’un point de vue linguistique : l’intégralité des albums est en anglais, même la chanson Monsieur le président, dont le titre laisse imaginer une chanson écrite en français.

Ne manquez pas le spectacle au Cercle à Québec le 8 juin 2017 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :