[SPECTACLE] Lydia Képinski et Groenland au Satyre Cabaret Spectacle

Ce n’était une surprise pour personne, le Satyre Cabaret était très rempli pour la visite du groupe Groenland à Trois-Rivières. Je me souviens de la dernière fois que je les avais vus, lors d’une Soirée cachée CFOU; la Chasse-Galerie du Pavillon de la Vie étudiante de l’UQTR était pleine. Pas moyen de bouger. Depuis la sortie de leur dernier album A Wider Space en septembre, nous n’avions pas encore eu l’opportunité de les voir en Mauricie. C’est à Lydia Képinski, jeune auteure-compositrice-interprète (que l’on apprécie beaucoup chez ecoutedonc.ca) qu’a été confié la tâche de l’ouverture de la soirée.

Lydia Képinski

Elle se présente sans artifice; son charme, sa guitare et sa voix comme seuls atours. Lydia Képinski a récemment remporté quelques prix prestigieux dont le prix du public, du jury et de la chanson SOCAN aux demi-finales du Festival international de la chanson de Granby et le prix ecoutedonc.ca du cabaret Festif! de la relève qui s’est déroulé le 26 mars 2016. Quand on la découvre pour la première fois, comme c’était le cas de la majorité des gens présents, on apprécie le contraste entre sa voix haute perchée et son style un peu nonchalant. Quelque part, elle me rappelle un peu Pierre Lapointe dans sa manière de chanter, dans les mélodies et dans les paroles poétiquement imagées. Bien que plus rock grâce à la guitare électrique, on dénote tout de même une belle sensibilité dans ses chansons. J’ai su apprécier la musicalité, la profondeur et la maîtrise de sa voix. Au moment d’écrire cet article, Lydia vient tout juste de sortir un EP de quatre chansons. Courez l’écouter et l’acheter sur son bandcamp, ça en vaut certainement le coup!

Groenland

J’ai écouté The chase en boucle lorsque j’ai découvert le groupe Groenland il y a deux ans de cela. Leur musique indie-pop-électro m’avait beaucoup accrochée et ils ont su continuer sur cette lancée pour leur deuxième album. Ils ont exploré un peu plus le côté électro sur ce deuxième opus et c’est pourquoi, en spectacle, ça donne tellement envie de bouger.

Un de mes coups de cœur du nouvel album, Times of survival, est la chanson avec laquelle ils ont choisi de commencer le spectacle. Il s’agit d’une pièce plutôt pop et tellement accrocheuse. Les gens ont tout de suite suivi l’énergie de Sabrina Halde et Jean-Viver Lévesque, leaders du groupe, qui se démenaient sur scène, autant que leurs confrères et consœurs (Jonathan Charette, Ariane Gruet-Pelchat, Simon Gosselin et Mariane Bertrand). Le groupe a poursuivi avec deux autres chansons du dernier album, Nothing Personnal et Distractions. Cette dernière a un petit beat de synthétiseur qui n’est pas du tout déplaisant à l’oreille et qui me semble nouveau dans leur style. Ensuite ils ont joué Our last shot, un des plus gros succès de l’album The chase, pour continuer avec de nouvelles chansons enchaînées back à back.

Mon moment fort de la soirée fut lorsqu’ils ont interprété la chanson Cabin. Sabrina Halde exploite en profondeur les nuances de sa voix, dont son magnifique vibrato qui semble si naturel. On perçoit toute l’émotivité qu’elle a su mettre dans les paroles de la chanson qui m’évoque un retour vers un ex ou quelqu’un qui nous fait du bien à l’âme quand ça ne va pas bien. La voix de la chanteuse semblait flotter sur les notes de piano et de violon.

Autre moment spécial durant la soirée, quand Sabrina a invité une jeune demoiselle, Alice Bergeron, qu’elle avait découverte grâce à un vidéo posté sur Instagram, à venir chanter Daydreaming avec elle. J’ose croire que la jeune demoiselle n’en était pas à sa première performance scénique, car elle semblait tout à fait dans son élément avec un micro dans les mains.

Je crois avoir entendu une majorité de pièces du plus récent album avec lequel ils font logiquement la tournée. Ils ont su bien doser le mélange des pièces, même si on a senti le public beaucoup plus enthousiasme lors des chansons de The chase, même si à mon avis les nouvelles pièces sont tout aussi accrocheuses et faciles à écouter. J’ai apprécié le contraste entre les chansons très « punchées » comme Healing Suns et celles plus atmosphériques et musicalement très planantes comme A wider space. En rappel ils ont fait un de leur gros hitSuperhero.

Si vous les avez manqués lors de leur dernier passage, soyez rassurés ils reviennent près de chez nous le 20 janvier 2017 à la Taverne de St-Casimir après une pause d’un mois. Gageons qu’ils vont être très en forme !

 

Crédit photo : Alex Deschênes

9 commentaires sur “[SPECTACLE] Lydia Képinski et Groenland au Satyre Cabaret Spectacle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :