[Spectacle] Midnight Romeo au Café-Bar le Zénob le 13 février 2016 : Mariage parfait entre électro-pop et rock

Le 13 février dernier au Café-Bar Le Zénob, dans un Trois-Rivières se prenant pour la Sibérie, quelques personnes ont bravé le froid et la tentation du « cocooning » amoureux pour assister à un spectacle où électro des années 1980 et esprit rock se marient.

Marie-Pierre Bellerose (voix et clavier), Marie-Pierre Bellefeuille (claviers), Julien Valois (guitare), Jonathan Girard (batterie) et Olivier Quirillon (basse) offrent avec amour un spectacle où chaque membre est mis davantage en évidence selon les pièces. Les différentes personnalités du groupe pourraient créer des chicanes de ménage au sein du groupe. Elles permettent plutôt de prendre sa place au moment opportun, selon les besoins des arrangements. Par exemple, Bellefeuille s’exprime en toute tranquillité et efficacité dans son ménage à trois avec ses deux claviers alors que Valois semble favoriser une relation intense et électrique avec sa guitare. Tellement intense qu’Adrien, notre photographe, éprouve de la difficulté à le prendre en photo ! La voix de Bellerose, rauque et haut perchée à la fois, est mise en évidence sans prendre toute la place. Ainsi, les instruments ne se retrouvent jamais au second rang. À certains moments, il est même difficile d’entendre les paroles, tant le son est riche !

Les pièces proposées ne se ressemblent pas les unes des autres, empêchant ainsi la routine de s’installer auprès du groupe et de son public. Tantôt new wave, tantôt funky, tantôt rock, les dix-sept pièces présentées mettent en scène l’amour sous toutes ses formes. Malgré un public à l’assistance plutôt confidentielle, les membres du groupe sont restés enthousiastes. Plus la soirée allait, plus on sentait une aisance naturelle entre le public et le groupe.

Les pièces présentées, dont plusieurs sont issues de l’excellent album « Le Luxe », prennent parfois une nouvelle vie sur scène. Le son de la guitare et de la basse en ressort parfois même davantage qu’en studio, comme c’est le cas pour les pièces « Pa Pow » et « Unbreakable Girl ».

Le Zénob, pour une soirée, s’est transformée en temple de l’amour en forme de cœur électro-rock pour le plus grand plaisir des gens présents.

Crédits photos : Adrien Le Toux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :