Festival de la Poutine de Drummondville – Une nouvelle formule

Cette année encore, le Festival de la Poutine de Drummondville offrait une programmation très alléchante. En plus des gros noms comme Simple Plan, Coeur de Pirate, Loud, pour ne nommer que ceux-là, une deuxième scène a été aménagé pour accueillir des artistes plus underground (même si nous on les connait depuis des lustres !). On pouvait donc voir Les Louanges, Milk and Bone, Fanny Bloom, Fouki, Robert Nelson, Lydia Képinski et Québec Redneck Bluegrass Project, bien que la scène principale accueillait également Choses Sauvages, Jérôme 50, Clay and Friends, Galaxie, Koriass et Bernard Adamus.

Si le retour de Simple Plan a frappé fort pour le Festival, nous devons également souligner la présence d’artistes que nous n’avions pas vus depuis un moment, comme Bernard Adamus.

On connaît bien Lydia Képinski pour l’avoir vue à plusieurs reprises, et même, pour ma part, l’avoir vue remporter les Francouvertes en 2017. C’est donc sans grande surprise qu’elle est la récipiendaire du nouveau prix «Lydia Képinski», qui soulignait son côté bête de scène et sa dévotion lors de sa performance. Sa nonchalance additionnée de son charisme et de son talent font d’elle une artiste qui ne s’en laisse pas imposer. J’ai déjà hâte à la prochaine édition pour connaître le nouveau gagnant ou la nouvelle gagnante de ce nouvellement prestigieux honneur.

La popularité du hip-hop québécois est maintenant indéniable, et les foules qui ont assisté aux spectacles des artistes comme Fouki, Robert Nelson, Koriass et Loud ont été particulièrement énergiques et animées. Tout festival québécois se doit maintenant d’avoir du hip-hop dans sa programmation ! Toutefois, encore une fois, on avait la chance d’avoir plusieurs artistes aux univers très variés qui partageaient la scène le même soir. C’est que j’aime particulièrement du Festival de la Poutine : il ne consacre pas une soirée uniquement à un style musical, mais permet à la variété de se marier.

Nous sommes emballés de savoir que les trois soirs affichaient complet lors du festival, car le site était bondé de gens venus autant se régaler de musique que du populaire mets légendaire québécois. Car, évidemment, en plus d’offrir un nombre incalculable de spectacles de qualité, ce festival nous a permis de déguster des poutines plus extravagantes les unes que les autres…

Voici un aperçu de la fin de semaine dans la lentille de Yoan Beaudet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :